top of page

L'avantage d'être exclue selon Michèle


" Pendant ces 12 dernières années, dans la plupart des postes que j'ai occupés, j'ai eu l'impression de participer à une course à obstacles en essayant de dissimuler mes particularités neurodivergentes. Si décrocher un emploi n'était pas compliqué, le maintenir était tout autre, et représentait un défi considérable. Mes difficultés de coordination et mon trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité m'ont souvent conduit vers le chômage. Parfois, je préférais partir avant d'être licencié, me sentant en décalage et perturbant mes supérieurs et collègues avec mon esprit vif, mon désir d'apprendre et de comprendre.


Mes compétences créatives, notamment dans des rôles de marketing, étaient souvent étouffées. Au lieu de cela, de devais être productive dans des tâches qui exigeaient une exécution rapide et une attention soutenue. Cette approche court-termiste n'avait que pour effet d'augmenter mes risques d'erreur et de limiter mon haut potentiel d'innovation.


Sur le plan relationnel, j'avais du mal à créer et maintenir des liens. Lorsque mes supérieurs notaient ces difficultés, ils me conseillaient de m'intégrer sans pour autant m'offrir l'aide nécessaire pour me sentir inclus.


Se sentir mis à l'écart et jugé pour ses difficultés relationnelles est une situation difficile à comprendre. Moins je sens de connexion, moins je suis efficace. Je crains de ne pas avoir eu l'opportunité de progresser en tant que salarié en raison de ma neurodivergence. Le cycle constant de recommencement à considérablement affecté ma confiance et mon estime personnelle.


L'avantage d'avoir été exclue est de m'avoir poussé à créer mon propre emploi. Être entrepreneur est selon moi l'unique façon d'exprimer mes multiples atouts aussi variés les uns des autres. Lorsque je pense à mes acolytes neurodivergents qui n'ont pas la fibre entrepreneuriale, je me dis qu'il est crucial que les entreprises s'engagent dans l'exclusion professionnelle des travailleurs neurodivergents."


Michèle,

Entrepreneure

Comentários


bottom of page