13.06.2021 - Marylène Ouellet

L’inclusion de la neurodiversité voici comment procéder !


Savoir, vouloir et pouvoir agir : soit la volonté de se transformer

Mai 2014 – juillet 2014

Février 2015 - octobre 2015

Décembre 2016 - juillet 2017

Service Canada

Décembre 2017 - juin 2018

Service Canada

Décembre 2018 - avril 2019

Service Canada

Mai 2019 – Présent


Ces dates sont celles pour lesquelles j’ai essayé de « fitter » dans une structure organisationnelle qui n’a su comment m’intégrer et me soutenir dans mon développement. N’a su, puisque ce dit modèle appliquait des pratiques de gestion influencées par la division du travail et la prescription des tâches, lesquelles se veulent pour la plupart inadaptées à la personne neurodiverse. Heureusement Service Canada était là.

Sachant qu’environ 25% de la population est assujetti à vivre cette même réalité, force est d’admettre que c’est la société tout entière qui perd au change en se privant de ces agents de changement - les personnes neuroatypiques - particulièrement de leur créativité.

La crise que nous traversons a beau être une catastrophe à plusieurs niveaux, mais elle aura également été l'occasion de prendre conscience des forces de l’humain, de ses limites et de ses priorités. Ce faisant, l’humain, au travail, est plus que jamais la source de préoccupation pour les organisations. La santé mentale, la fragilité humaine, les émotions, les sentiments, la diversité, l’inclusion et surtout, l’indulgence au travail sont devenus les valeurs clés pour atteindre le succès, particulièrement pour l’inclusion de la neurodiversité.

N’est-ce pas là une opportunité de mieux faire, d’apprendre à comprendre et à s’adapter aux différences de ces personnes en tirant profit de leurs forces exceptionnelles ?


Alors, comment procéder à l’inclusion de la neurodiversité ?

Premièrement, en tant que militante, entrepreneure, chercheure et neuroatypique, j’ai rencontré plusieurs chefs d’entreprises, membres de la direction et gestionnaires, et presque tous, me posent la même question : quelle est la solution, que peux-tu faire pour nous ? Ma réponse : il n’y a pas de recette miracle, mais trois facteurs déterminants.

1.    Comprendre

2.    Écouter

3.    Vouloir


Comprendre pour transformer, et transformer pour comprendre

Comprendre est une étape sine qua non pour l’implantation d’une transformation neuro-inclusive. Il sera très difficile, voire peu réalisable, d’entreprendre une démarche d’inclusion de la neurodiversité sans prendre le temps nécessaire pour comprendre les enjeux et les raisons qui nous poussent à mener à bien cette transformation. Une étape qui exige de la formation, de l’ouverture, du temps et de l’engagement. Sans ceci, je ne pourrais vous conduire plus loin dans ce processus, et ce, pour la simple la raison que sa réussite est tributaire d'une réflexion de fond. Pourquoi le faire ? Pourquoi ces personnes se comportent-elles ainsi, pourquoi cette incompréhension affecte-t-elle la dynamique relationnelle au sein des équipes, pourquoi est-il si difficile de les intégrer et de les retenir, et enfin, pourquoi ces personnes au super-pouvoir se retrouvent-elles trop souvent en chômage ?


Écouter c’est ouvrir le dialogue et faire place à l’inclusion

Après avoir répondu au « pourquoi » par la formation et la réflexion, nous pouvons maintenant penser au « comment » et à sa mise en œuvre, soit par une démarche d’accompagnement telle que la démarche Innovatividée. Ce plan d’intervention doit donc suivre une préparation à savoir, une stratégie de communication mobilisatrice. Diffusée au quotidien, elle fera montre de votre volonté à vous engager dans cette transformation. Autrement dit, vous devez être, tout comme vos employés, déterminés, flexibles et résilients. Si elle doit se cocréer pour prendre vie, vous comprendrez que la solution se trouvera en vous. Elle doit être entendue pour être mise en œuvre.


Vouloir changer pour faire une différence

Vouloir : verbe transitif qui a pour définition : appliquer sa volonté et son énergie à obtenir quelque chose : Il veut le pouvoir. Vouloir réussir. Le Larousse ne pouvait pas proposer de meilleurs exemples : il veut le pouvoir. Ici, je ne fais pas référence au pouvoir hiérarchique, mais au pouvoir d’agir, à la marge de manœuvre, à la capacité de faire et à l’autonomie. Vouloir réussir, ça va de soi, parce que si nous le pouvons, si nous avons la liberté de nous exprimer et de nous surpasser, nous pourrons transformer notre quotidien de manière inattendue.

Finalement, je n’ai pas de recette miracle. Par contre, je possède la compréhension, l’écoute et la volonté pour vous aider à entreprendre et mener à bien cette transformation pour le mieux-être de vos employés.

Déconstruire les réflexes et les perceptions pour construire un environnement capacitant, voici ce qu’il faut faire pour créer un espace de travail collectif et neuro-inclusif.  Comment, ça se fera, à vous de me le présenter !


Bonne réflexion et au plaisir de vous aider !